Les Elles de Nipissing Ouest

Cet article fut rédigé pour distribution au Congrès annuel de l’Association des municipalités françaises de l’Ontario (AFMO) qui s’est tenu à Nipissing Ouest en septembre 2013. J’y présente 12 femmes de Sturgeon Falls et des villages environnants. Les douze Elles de Nipissing Ouest sont des femmes qui ont grandement conbribué au développement de leur région, de l’Ontario et du Canada. Cliquez sur le lien pour lire l’article.

Elles de Nipissing Ouest

Elles de Nipissing Ouest

Advertisements

Roxanne Dubé

Auteure-compositeure-interprète

Unknown-1

Crédit photo : Sophie Lauzon Photographe

«La musique a toujours été un aspect super important dans ma vie. Mon rêve ? Être heureuse, vivre de ma musique, avoir du succès. Je veux faire de mon rêve une réalité, car la musique est ma passion !» — Roxanne Dubé, 2015

Native de Smooth Rock Falls, Roxanne a fréquenté l’école secondaire Georges-Vanier d’où elle a obtenu son diplôme en 2016. Cette enthousiaste des sports a un amour tout aussi grand pour la musique.

C’est vers l’âge de 7 ans que Roxanne s’est découvert une passion pour la chanson. À cet âge précoce, elle est montée sur scène lors de la première édition du Smooth Truck Fest (un rodéo de camions à Smooth Rock Falls). Au grand bonheur de sa famille, Roxanne remporta la 2e place dans le concours de talent. La petite fille timide venait de trouver un moyen pour communiquer sa raison de vivre… SA VOIX.

Les années qui ont suivi ont secrètement nourri son rêve de faire une carrière professionnelle en musique, et c’est en 2012, à l’âge de 14 ans, qu’elle se lança dans l’aventure. Elle s’est alors inscrite à l’émission de télé québécoise Mixmania en soumettant une première vidéo sur le réseau YouTube. Sa participation à l’émission n’a pas été retenue, mais Roxanne avait franchi une étape personnelle importante et rien ne pouvait l’arrêter. L’option « abandon » ne figurait pas dans son vocabulaire…

Cette même année, elle entreprend d’apprendre à jouer d’un instrument. Son choix s’est arrêté sur la guitare. Après la guitare est venu un deuxième instrument — le piano. Étant donné qu’aucun cours de musique n’était offert dans sa ville natale, Roxanne est forcément devenue autodidacte. La jeune chanteuse ajoutait des cordes à son arc et s’enseignait les rudiments de son métier en devenir.

Vers l’âge de 15 ans, Roxanne découvre sa plume d’auteure et commence à écrire ses propres chansons, en plus d’en composer la musique. Elle s’inspire de son expérience de vie, de ses sentiments et de ce qu’elle observe au quotidien autour d’elle.

À partir de 2013, elle multiplie ses participations à des festivals et concours de chanson. Au Festival Quand ça nous chante, elle fait une rencontre déterminante avec une autre artiste franco-ontarienne — Gabrielle Goulet, auteure-compositeure-interprète, native de Bourget dans l’Est ontarien.

Roxanne et Gabrielle

Roxanne Dubé et Gabrielle Goulet

En février 2014, Roxanne a participé au concours musical La Voix du Nord et y remporte la première place, ce qui lui a donné droit à une session professionnelle d’enregistrement. Cette même année, une prestation au Festival Quand ça nous chante, accompagnée du groupe de musique de son école secondaire — les Extensions oranges —, lui confère le prix du «Meilleur coup de coeur d’un artiste solo». Ce prix lui ouvre la porte au programme Jamais Trop Tôt dans le cadre du Festival international de la chanson de Granby, édition 2014. Dans le cadre de ce programme, Roxanne fut choisie pour participer à l’album Jamais Trop Tôt (12 des 24 participants avait été retenus pour participer à l’album souvenir). Vous pouvez entendre sa chanson T’aimer pour l’éternité au lien suivant :

https://jamaistroptot.bandcamp.com/track/taimer-pour-l-ternit

En 2015, elle s’est inscrite au Festival Trois-Pistoles en chanson, et a fait partie des 20 demi-finalistes, obtenant la 5e position. Sa candidature fut également retenue parmi les 10 finalistes du concours. En 2016, elle a participé à la 3e résidence artistique Rond-Point- APCM.

Unknown-2Que lui réserve l’avenir ? Beaucoup de choses ! Une audition pour l’émission La Voix (TVA) et JAM (TFO) peut-être?  L’apprentissage d’autres instruments de musique? Sûrement. Des études collégiales? Oui, c’est prévu à l’automne 2016 (en coiffure). Des concours, des festivals et des spectacles? Oui, tout ça, et plus encore. Histoire à suivre…

Réf.:

http://ici.radio-canada.ca/; http://www.jamaistroptot.ca; http://www.lavoixdunord.ca; textes de R. Dubé

Certification 2015

Claudette Côté Léonard

Militante pour la francophonie, bénévole d’exception

Léonard_Claudette_01-Edit

Claudette Côté Léonard avec la permission de sa fille Nathalie Léonard-Maillé

L’aînée d’une famille de 9 enfants, Claudette Côté Léonard est née en 1943 dans le village de Norembéga. Ce village est situé 23 km à l’Est de Cochrane et fut actif principalement entre les années 1913 et 1981.

Dès son jeune âge, Claudette fut initiée à l’engagement communautaire par l’entremise de sa mère Rose Alma (Carrier) Côté qui faisait du bénévolat au sein de La Ruche, un club francophone de loisirs et de culture à Cochrane.

À partir des années 70, Claudette a suivi dans les pas de sa mère et l’engagement communautaire fut dès lors au coeur de sa vie ! La francophonie lui tenant à cœur, Claudette fut membre à vie du club La Ruche de Cochrane dont elle fut également la présidente de 1993 à 1997.

Léonard_Claudette_02

Monique Génier (à gauche) et Claudette Côté Léonard (à droite).

Surnommée affectueusement la Reine des abeilles, Claudette s’est dévouée à la communauté francophone de sa région de maintes façons.

Que ce soit la planification d’activités communautaires, le recrutement des bénévoles, l’organisation d’évènements — elle était toujours au rendez-vous, le cœur généreux et le sourire aux lèvres.

Pendant les années 80, Claudette a également fait partie de l’équipe du journal francophone La Boîte à nouvelles. Ce journal avait pris racine dans le Nord-Est ontarien à Iroquois Falls en 1983, et fut vendu une quinzaine d’années plus tard.

Claudette fut aussi membre de l’UCFO, des Filles d’Isabelle et des Jeunes Tisserandes. Sa famille, dont son conjoint Rhéal Léonard natif de Driftwood, et leurs deux enfants Simon et Nathalie, ont toujours fièrement appuyé le bénévolat de Claudette et l’ont soutenue dans ses engagements.

Léonard_Claudette_01[1]

Claudette Côté Léonard lors de la remise d’un prix reconnaissant son bénévolat dans la communauté de Cochrane.

Fièrement enracinée dans sa culture canadienne française, Claudette a fait partie du comité des parents qui ont lutté pour obtenir une école secondaire de langue française à Cochrane. Grâce à leurs efforts soutenus, l’école Jeunesse-Nord (renommée Nouveau-Regard) a éventuellement ouvert ses portes à Cochrane.

Claudette Côté Léonard est décédée en 2013 et laissa un grand vide au sein de sa famille et de sa communauté. L’équipe de La Ruche a souligné sa contribution exemplaire et ses nombreuses années de service en célébrant sa force et sa persévérance. Les abeilles de La Ruche ont beaucoup aimé leur Reine qui a laissé des traces de lumière pour les générations à suivre…

Réf. http://www.crccf.uottawa.ca/passeport/II/D/1/IID1c05.html; http://www.geniergauthierfuneralhome.com; texte de Nathalie Léonard-Maillé

Certification 2015