Sœurs de la Charité d’Ottawa (Sœurs Grises de la Croix)

Élisabeth Bruyère

P-A/001. – Portrait Mère Bruyère, première supérieure générale / Malak Photographs Ltd, Ottawa – BW235MB1. – [ca 1850]

 © Photo de Mère Élisabeth Bruyère, fondatrice et première supérieure générale de la Congrégation des Soeurs Grises de la Croix (maintenant connue sous le vocable Soeurs de la Charité d’Ottawa*), reproduite avec l’autorisation des Archives des Soeurs de la Charité d’Ottawa

Devise des Soeurs de la Charité d’Ottawa

« Vive Jésus et sa Croix »

La devise des Soeurs de la Charité d’Ottawa a été donnée aux Soeurs Grises de Bytown* par Mgr J.E.B. Guigues, o.m.i., le 4 septembre 1852

 — http://www.soeursdelacharite.com**

La Congrégation des  Soeurs de la Charité d’Ottawa a été fondée à Montréal en 1737 par Marguerite d’Youville.

En 1845, suite à la demande de Monseigneur Phelan, coadjuteur de l’évêque de Kingston et administrateur du diocèse, la supérieure de l’Hôpital Général de Montréal a envoyé quatre Sœurs de la Charité à Bytown  pour y fonder une première mission en Ontario.

Cette mission ontarienne menée par Mère Élisabeth Bruyère s’est employée aux mêmes œuvres de charité que les Sœurs de la Charité de Montréal, c’est-à-dire qu’elle était au service des malades et des pauvres incluant la visite des malades à domicile. En terre ontarienne cependant, une nouvelle œuvre s’est ajoutée — celle de l’éducation des jeunes filles canadiennes et irlandaises à Bytown, une ville en pleine expansion ayant été fondée en 1826 qui a été incorporée en 1850 et est devenue Ottawa en 1855.

Cette mission éducative a marqué le début du rôle important des Soeurs de la Charité en milieu éducatif franco-ontarien où elles ont fait figure de pionnières.

Présence des Soeurs de la Charité d’Ottawa dans le Nord de l’Ontario

La triple mission des Sœurs de la Charité d’Ottawa, soit l’éducation, la santé et les services sociaux (aide aux démunis, pastorale, visites des personnes âgées, etc.) aura pour effet qu’elles fonderont une grande variété d’institutions au service de la population francophone du Nord de l’Ontario.

C’est à Mattawa que leur toute première mission dans le Nord ontarien a été fondée en 1878, soit deux ans après le décès de la fondatrice, Mère Élisabeth Bruyère (1876). Il s’agit de l’Hôpital Notre-Dame-des-Sept-Douleurs à Mattawa (également connu sous le vocable St-Joseph, ou encore, Hôpital Général de Mattawa).

Hôpital Mattawa

P-M 27/02. – Vue de Mattawa – Église, Hôpital Saint-Joseph…etc. – [entre 1887 et 1901]. Photo : © Archives des Soeurs de la Charité d’Ottawa; reproduite avec autorisation.

Portée et contenu de la photo : vue de Mattawa, entre 1887 et  1901; à l’avant-plan, on aperçoit la rivière Mattawa et plus haut, on aperçoit, à gauche, l’hôpital de Mattawa construite en 1885 en briques rouges mesurant 60 pieds de longueur sur 40 de largeur sur l’extrémité sud du Rosemount avec l’ajout en 1887, et détruit par le feu en 1901; à la droite de l’hôpital, on aperçoit l’église Sainte-Anne construite en 1889 et détruite par le feu en 1959; à la droite de l’église, on voit le presbytère à deux étages mesurant 46 pieds par 34 pieds, construit en briques en 1883, et démoli en 1974 pour en construire un plus moderne; à droite, la maison Mc Cracken encore debout en 1980. À l’arrière-plan se dresse une montagne recouverte d’arbres, la plupart dénudés.

Dix-huit ans plus tard en 1896, les Sœurs Grises de la Croix ont fondé un deuxième établissement hospitalier dans le Nord de l’Ontario, cette fois à Sudbury. L’Hôpital Saint-Joseph était alors dirigé par Mère Rosalie Demers, supérieure générale.

En 1898, elles ont établi un premier hôpital à Sault-Sainte-Marie dans une maison d’été sur la rue Bay. Un an plus tard, les religieuses ont transféré leurs patients au nouvel hôpital Général qu’elles avaient construit sur la rue Queen. Les Sœurs Grises de la Croix ont géré cet hôpital jusqu’en 1926.

Par la suite, les religieuses de la Congrégation ont fondé des œuvres sur le territoire nord-ontarien dans 16 villes. Il est à noter que dans certaines villes, il y a eu plus d’une institution fondée.

Les dates données sur la présence de la communauté des Soeurs de la Charité d’Ottawa dans les villes indiquées ci-dessous sont basées sur la vente des couvents. Il arrivait que les religieuses demeurent dans le couvent de la ville voisine tout en continuant à exercer leur apostolat.

Il est utile de préciser que les apostolats relatifs aux services sociaux se pratiquaient dans presque tous les couvents, et de même aujourd’hui, dans les endroits où les religieuses poursuivent leur oeuvre.

  • Attawapiskat, 1951-1963, Santé
  • Blezard Valley, 1960-1999, Éducation
  • Cartier, 1941-1961, Éducation
  • Chelmsford, 1906-2008, Éducation
  • Fauquier, 1951-1979, Éducation
  • Fort Albany, 1902-2005, Santé et Éducation
  • Hanmer, depuis 1942, Éducation
  • Kapuskasing, 1926-1990, Éducation (voir photo ci-dessous)
  • Mattawa, depuis 1878, Santé et éducation
  • Moonbeam, 1940-1970, Éducation
  • Noelville, 1936-1997, Éducation
  • Opasatika, 1950-1978, Éducation
  • Sault-Sainte-Marie, 1898-1926, Santé
  • Smooth Rock Falls, 1942-1969, Éducation
  • Sudbury, depuis 1896, Santé et Éducation
  • Verner, 1917-1976, Éducation

Les religieuses de la Congrégation ont joué un rôle clé dans l’éducation de la population franco-ontarienne étant donné leur présence importante dans le système des écoles séparées dans 14 villes du Nord.

Immaculée C.1943 - 44

Photo : personnel enseignant de l’École Immaculée-Conception à Kapuskasing, 1943-44, de la collection privée de l’enseignante Mireille Macdonald. Photo : avec l’aimable autorisation d’Andrew Liptak, le neveu de Mireille Macdonald. Mirelle Macdonald est la deuxième de gauche, première rangée du haut, debout.

Notes historiques sur la première mission des Soeurs de la Charité à Mattawa

Le texte intégral qui suit provient des Archives des Soeurs de la Charité d’Ottawa. Nous remercions Gabrielle Marchand-Dauphin, Archiviste en chef, de l’avoir partagé avec nous.

Lors de la fondation de l’Hôpital Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, Mattawa n’était qu’un village en voie de croissance. Situé à deux cents mille de la capitale, au confluent des rivières de l’Outaouais et de la Mattawan, c’était tout à la fois l’entrée et le débouché d’une vaste région de forêts qui s’étendaient jusqu’à la Baie James.

Les Oblats y avaient établi une résidence en 1871 pour desservir les colons, les hommes de chantier de l’Outaouais supérieur et les Algonquins qui y possédaient une importante réserve. Le Père J.U. Poitras était l’âme de la mission.

Le besoin d’un hôpital et d’une école catholique ne tarda pas à s’imposer. Appuyé d’une part par les bourgeois de chantiers, et d’autre part, par les chefs de familles catholiques – canadiens, anglais et indiens – le Père demande des Sœurs en 1877. Monseigneur Duhamel appuie le projet, toutefois les Sœurs n’arriveront qu’en 1878. L’ancienne résidence des Pères servira de couvent et de premier hôpital aux Sœurs. Il y aura de la place pour 15 malades.

Deux Sœurs se partageront une soixantaine d’enfants dans une construction provisoire, laquelle constituera la première école séparée de la région. Ce sont les Sœurs Saint-Alexis, Sainte-Mélanie et Sainte-Eudoxie qui sont appelées à la fondation de cette mission. En 1987, la mission prend le vocale de Notre-Dame-de-l’Accueil et les Sœurs déménagent sur la 10e rue.

– – –

Hôpital Général de Mattawa et église

P-M 27/12. – Hôpital Général de Mattawa et église. – [après le 25 mai 1961].
Photo : © Archives des Soeurs de la Charité d’Ottawa, reproduite avec autorisation.

Portée et contenu de la photo : À l’avant-plan, on aperçoit le sol enneigé parsemé de petits arbustes feuillus. À l’arrière-plan, on aperçoit, à gauche, sur un plateau, l’Hôpital Général de quatre étages vu de face et du côté gauche, et à droite l’église Sainte-Anne vue du toit incliné sur lequel repose un campanile surmonté d’une croix. Mgr Smith bénit la nouvelle église le 25 mai 1961. Plus loin, derrière l’église, on voit la montagne enneigée et des arbres feuillus dressés sur cette montagne.

*En 1968, la Congrégation des Soeurs Grises de la Croix a décidé de modifier son appellation officielle et dès lors a été connue sous le nom des Sœurs de la Charité d’Ottawa.

**Je remercie chaleureusement madame Gabrielle Marchand-Dauphin, Archiviste en chef aux Archives des Soeurs de la Charité d’Ottawa, pour son généreux appui dans cette recherche, sans qui ce profil historique n’aurait pu être rédigé. Elle a toute ma reconnaissance.

Références : centrefrancophone.net; soeursdelachariteottawa.com; Archives des Sœurs de la Charité d’Ottawa

Certification 2013

Advertisements