Article publié dans Le Voyageur (2013)

Un merci chaleureux à la journaliste ANDRÉANNE JOLY du journal Le Voyageur pour son article portant sur le projet des ELLES DU NORD. Merci également à l’historienne DANIELLE COULOMBE de l’Université de Hearst pour son appui !

Pour lire le texte, cliquez sur l’image deux fois.

Andréanne Joly

Advertisements

Chantal Nadeau

Chef de file pour la francophonie ontarienne, consultante en marketing et en gouvernance, gestionnaire de projets touristiques et patrimoniaux, promotion du développement économique de l’Ontario français, entrepreneure, bénévole

Chantal Nadeau

Avec l’autorisation de Chantal Nadeau

Née à Hearst en 1968, Chantal a fréquenté l’école primaire Pavillon Notre-Dame, et par la suite, l’École secondaire catholique de Hearst.

Dès son enfance, Chantal a rapidement saisi l’importance de s’investir au sein de sa collectivité. À 13 ans, elle s’impliquait déjà à titre de bénévole à l’Hôpital Notre-Dame… et elle n’a jamais cessé de faire du bénévolat depuis !

Au fil des ans, plusieurs organismes communautaires du Nord de l’Ontario ont profité de son enthousiasme dont le Téléthon de l’Avenir, Opération Nez rouge, le Carnaval de Hearst et l’association locale de patinage synchronisé. Chantal a également été membre active de nombreux comités, incluant le Club Rotary de Hearst qui lui a remis le prix Paul Harris 2010 en reconnaissance de son bénévolat exemplaire.

Polyvalente dans ses intérêts d’apprentissage, Chantal a d’abord étudié en justice criminelle et application de la loi au Granton Instititute of Technology d’où elle a obtenu un diplôme en techniques policières. Elle a également suivi des cours en Français, en Anglais et en psychologie à l’Université de Hearst.

Par la suite, elle a obtenu un diplôme de conseillère en santé naturopathique du Collège des médecines douces du Québec et a poursuivi des formations en tourisme, marketing et image de marque.

Chantal a mis l’ensemble de ses connaissances à profit pendant plusieurs années lorsqu’elle a géré sa propre entreprise de fabrication d’enseignes routières, d’infographie et de conception de sites Internet.

En 2005, sa carrière a pris un tout autre virage lorsqu’elle s’est aventurée dans un nouveau domaine — le développement du tourisme en Ontario français. À l’emploi de Direction Ontario, Chantal a géré une équipe de 15 stagiaires provenant des quatre coins de l’Ontario dont le mandat était de mener à bien le grand projet patrimonial du «circuit Champlain».

À Direction Ontario, elle a également œuvré à titre de recherchiste et coordonnatrice du projet  pilote «Le guide interactif 2.0», en plus d’assurer la gestion du site Internet et la vaste base de données de l’entreprise touristique.

Par la suite, elle a accepté le poste de directrice générale à la Radio de l’Épinette Noire Inc, CINN FM dans sa ville natale à Hearst. Tour à tour gestionnaire, organisatrice et planificatrice d’événements au sein de l’entreprise médiatique, Chantal y a exploré plusieurs facettes de sa créativité pendant 2 ans.

Femme de défis, Chantal a quitté son Nord natal pour assurer la direction intérimaire de la Société franco-ontarienne d’histoire et de généalogie (SFOHG) et du Réseau des organismes du patrimoine franco-ontarien (ROPFO), connu sous l’acronyme RPFO depuis 2008.

Chantal a aussi participé au démarrage d’un organisme touristique dans la région de Prescott-Russell, où elle a joué un rôle clé pour faire connaître le nouvel organisme, le Tourisme Prescott-Russell Tourism (TPRT) dans tout l’Est ontarien.

Malgré une charge de travail toujours bien remplie, son désir de redonner à la communauté francophone a toujours continué à faire partie de sa vision et de sa mission de vie. Chantal a siégé au sein de l’organisme provincial MICRO et du conseil d’administration de Direction Ontario (y compris la présidence et la vice-présidence).

D’octobre à août 2013, Chantal a œuvré à titre de directrice intérimaire des communications et relations au Réseau de développement économique et d’employabilité de l’Ontario (RDÉE).

En 2013-2014, elle a été la directrice de l’ACFO Ottawa, un organisme mandaté pour la défense des droits des francophones de la région de la capitale. Depuis janvier 2015, Chantal est la directrice générale de l’Alliance des producteurs francophones du Canada.

Chantal est également bénévole à la maison Bruce House à Ottawa. La Maison Bruce est un organisme communautaire qui procure du logement, des soins compatissants et du soutien aux habitants d’Ottawa vivant avec le VIH-sida.

NOTE SUR LE CIRCUIT CHAMPLAIN : Le circuit Champlain est un corridor géographique lié aux voies navigables que Samuel de Champlain et d’autres explorateurs ont utilisées lors de leurs découvertes de l’Ontario de 1609 à 1615. Le Circuit commence à Montréal et traverse les communautés de Hawkesbury, Ottawa, Mattawa, North Bay, Sudbury, Rivière des Français, Killarney, la région de la baie Georgienne jusqu’à la rivière Humber et la ville de Toronto. http://fr.wikipedia.org/wiki/Circuit_Champlain

Références : expressottawa.newspaperdirect.com; lapresse.ca; acfoottawa.ca; brucehouse.org; cv et textes de C. Nadeau; apfc.info.ca.

Certification 2013

Denise (Turcotte) Dufour

Artiste en fibre textile (spécialité fibre d’art), artisane, animatrice d’ateliers de courtepointe, assistante-infirmière, bénévole

Denise Dufour

Avec l’autorisation de Denise Dufour

«En l’an 2000, une transformation majeure surgit. Je me lance dans le monde de l’art, la création de tableaux en fibre textile et broderie en développant une façon bien à moi de créer et d’exprimer la fibre d’art».

— Denise Dufour, extrait d’un texte pour une entrevue dans la revue bravoart, automne  2013

Fille d’Élie Turcotte et d’Éliza Marquis, Denise est née à Moonbeam en 1944. Elle a fréquenté l’école primaire St-Jules, et par la suite, elle a poursuivi ses études secondaires et terminer un programme d’études dans le domaine d’assistante-infirmière en 1962-63.

Elle a grandi près d’un lac entouré de paysages sereins, ayant à la portée de la main une abondance de baies sauvages et de légumes frais du jardin familial, et surtout, ayant joui d’une grande liberté dont elle conserve un vif et heureux souvenir.

Elle a épousé Gaston Dufour de Moonbeam en 1964 et a élevé avec lui une famille de trois fils, tout en travaillant à l’hôpital Sensenbrenner de Kapuskasing de 1975 à 1997. Denise avait également travaillé à l’Hôpital Notre-Dame de Hearst en 1963-64, et depuis 1996, elle exerce sa profession à temps partiel dans une résidence pour personnes âgées de son village.

Dès l’enfance, Denise s’est sentie interpelée par l’univers des textiles. Elle confectionnait des ensembles pour ses poupées et des vêtements pour elle-même. Elle aimait également le tricot, le tissage, la courtepointe et l’art de la fibre.

Artiste autodidacte, elle explorait, manipulait et découvrait les tissus de toutes sortes en empruntant différentes approches intuitives. Les tissus n’avaient pour elle aucune retenue, se dévoilant sous toutes leurs facettes, coutures et couleurs !

En 1990, Denise a commencé à suivre des formations en peinture et en courtepointe, ce qui non seulement a servi à nourrir son sens inné de l’esthétique, mais lui a fourni des techniques lui permettant d’approfondir son art.

Sous ses doigts, le textile et le visuel se sont unis pour créer un univers original, inventif, reflétant un projet artistique en devenir. «J’éprouve un plaisir personnel et profond lorsque je manipule et marie le tissu et l’acrylique», de dire Denise.

Pendant une dizaine d’années, Denise a participé à des congrès de courtepointe et a également enseigné des cours de courtepointe dans sa région natale. Cependant, à partir de l’an 2000, son intérêt pour la fibre d’art a pris forme et a donné une direction nouvelle à son œuvre.

Elle a co-écrit le livre Expressions et Créations en Fibre d’Art dans lequel il est question de la fibre d’art comme mode d’expression de soi. Le livre présente une démarche appuyant le travail créatif, d’une part, et le travail technique, d’autre part. L’ouvrage sera publié aux Éditions du Vermillon à Ottawa (date non déterminée).

Pour enrichir sa palette de couleurs, Denise teint elle-même ses tissus. Quand vient le moment de concevoir une oeuvre, elle effectue des recherches, s’entoure de ses tissus et crée des esquisses et des croquis qui inspirent son processus de création.

Elle participe régulièrement à des expositions en solo et de groupe dans plusieurs villes de l’Ontario et du Québec, mais plus particulièrement les villes du Nord ontarien, dont Kapuskasing, Moonbeam, Hearst, Timmins, Chapleau, Englehart, Kirkland Lake et Sault-Ste Marie.

Denise se sent privilégiée d’être entourée de la pure nature du Nord — une inspiration qu’elle estime être sans pareil. Pour Denise, l’art est aussi un moyen de faire connaître et découvrir les richesses naturelles du Nord de l’Ontario.

Soucieuse de l’avenir de sa communauté, de ses enfants et de ses petits-enfants qu’elle aime plus que tout, Denise transmet souvent des messages écologiques par son œuvre — la coupe à blanc, la disparition des forêts, la pollution, le réchauffement de la planète, voilà des thèmes qui trouvent une place de choix dans sa démarche artistique. D’ailleurs, pour elle, l’artiste a fonction de messager dans notre société…

Denise Dufour, oeuvre

Spectacular Aurora, Denise Dufour

Les œuvres de Denise sont répertoriées dans divers catalogues. L’une de ses œuvres récentes, Spectacular Aurora, a été choisie pour faire partie d’une exposition avec le Northern Ontario Arts Association (NOAA) au cours de la prochaine année. Elle a également  récolté un prix pour cette  même œuvre.

Une autre de ses œuvres, Danse de nuit, fait partie de l’exposition itinérante «Clément Bérini : honorer, inspirer, rassembler», présentée par BRAVO-Sud (2013-14).

Denise a récolté plusieurs prix et mentions d’honneur depuis 1990, notamment pour ses courtepointes.

Rêver, créer, évoluer, persévérer — tels sont les mots d’ordre qui guident Denise dans son parcours de vie et d’artiste. À l’automne 2013, la revue bravoart a tracé le portrait de Denise Dufour, artisane du Nord.

Denise Dufour, bravoart

Références : textes de D. Dufour; Catologue «Clément Bérini : honorer, inspirer, rassembler»; noaa.ca.

Certification 2013

Linda Fillion-Pope

Enseignante, auteure, conférencière, entraineure, animatrice télévisuelle, organisatrice d’événements, chef de file pour l’avancement des femmes

Linda Fillion-Pope

Avec l’autorisation de Linda Fillion-Pope

«Des forêts allongées le long d’une route, solitaire, droite. Jardins d’hiver, têtes blanchies. Saison de la froidure. Tombe, tombe la neige, efface mes pas, neige sur mes rêves d’amours perdus. Tombent, tombent les étoiles, fleurs de givre collées à ma fenêtre. Merveille dans le soir».

— Linda Fillion-Pope, extrait de son poème «De neige», dans Du Nord Enneigé, 1985.

Fille d’Antonio Fillion et de Thérèse Poulin, Linda est née à Québec en 1950, mais a grandi à Mattice dans le Nord-Est ontarien. Elle a fréquenté l’école primaire St-François-Xavier à Mattice, puis l’Académie St-Joseph à Hearst.

Screen Shot 2013-11-06 at 9.55.17 AM

Lettre envoyée à Linda Fillion-Pope par Tommy C. Douglas, le 4 mai 1966

Déjà, pendant l’enfance, des talents d’expression se manifestaient dans l’univers scolaire de Linda qui a mérité plusieurs prix de concours oratoires et d’orthographe. À l’école secondaire, elle publiait également des poèmes dans le journal étudiant.

En 1966, un de ses essais a été publié dans le quotidien Le Droit, pour lequel elle a reçu une lettre de félicitations de Tommy C. Douglas, le premier chef du Nouveau Parti Démocratique (1961-1971) et le fondateur de Medicare au Canada.

Envisageant une carrière en enseignement, Linda a poursuivi des études universitaires, d’abord à l’Université de Hearst en histoire, sociologie et lettres françaises, et par la suite, une quatrième année d’études en histoire et en sociologie à l’Université Laurentienne. Elle a également terminé des études de baccalauréat en éducation, spécialisé en histoire et en français.

Linda a  été formée comme enseignante d’éducation physique, en plus de suivre un cours de maîtrise en sociologie de l’éducation. Elle a obtenu une certification de Type A (enseignement au niveau intermédiaire et secondaire) en histoire et en sociologie à l’Université de Toronto, ainsi qu’une formation en ordinateur pour la salle de classe à l’Université Laurentienne.

C’est à l’école secondaire Thériault située à Timmins que Linda a fait carrière à partir de 1973. Elle y a enseigné différentes matières, dont l’éducation physique, les sciences sociales et l’histoire. Elle a également été entraineure pour l’équipe de gymnastique, de piste et pelouse et les meneuses de jeu.

Linda s’est également impliquée dans plusieurs comités auprès des élèves, dont le Jour du Souvenir, le Club d’histoire, la foire scientifique et auprès de la Fédération des enseignants (équité, action politique, négociation).

Elle a participé à de nombreuses campagnes électorales, dont celles de son conjoint Alan Pope, député provincial de Cochrane-Sud de 1977 à 1990. Au début des années 80, elle a  oeuvré à titre de conseillère à la commission scolaire du Timmins Board of Education.

Linda est engagée dans la cause des femmes depuis plus de 35 ans. Elle a livré des séminaires, prononcé des conférences, participé à des recherches, animé des émissions de télévision, dont 10 ans à la barre de l’émission «Actualités» à la télévision communautaire de Timmins, en plus de contribuer à des comités et des réseaux d’information pour les femmes.

Au cours de sa carrrièe, elle a signé plusieurs articles dans les revues Femmes d’action et Liaison, ainsi que dans de nombreux journaux où elle a traité des dossiers d’importance aux femmes incluant l’engagement politique, l’égalité des rôles, l’importance des études universitaires et la socialisation des jeunes filles.

En 1985, elle a publié un recueil de poésie aux Éditions Vermillon à Ottawa dans lequel figure, entre autres, une série de poèmes sur les conditions de vie des femmes.

Du Nord Enneigéelle pleure, des larmes creusent

son visage ravagé, oublié

toute sa vie, le temps est froid

elle pleure, des yeux perdus

un cœur enneigé, dépouillé

de tous ses rêves, seule au delà du temps

elle pleure

(Extrait du poème «Madame», dans Du Nord Enneigé, p. 50)

À titre de professeure d’histoire, Linda a organisé des événements visant à sensibiliser les élèves aux contributions des vétérans de guerre, à l’Holocauste, à la situation politique du Québec, aux questions autochtones, aux rôles et responsabilités des politiciens, aux religions du monde et à la déportation des Acadiens et Acadiennes.

Les thèmes de dignité, de respect et de tolérance ont été des fils conducteurs de son engagement communautaire et social depuis les années 70. Aujourd’hui à la retraite, Linda poursuit son voyage dans l’écriture. Elle travaille sur un 2e recueil de poésie…

Note historique : Le conjoint de Linda, l’avocat Alan Pope, est né à Ayr, en Écosse, mais a grandi à Timmins. Il a d’abord été élu conseiller municipal à Timmins en 1972 et élu comme député de Cochrane-Sud en 1977, poste qu’il a conservé jusqu’en 1990. Au cours de sa carrière politique, il a été nommé ministre des Richesses naturelles en 1981, ministre de la Santé en 1985, puis procureur général en 1985. Il a participé à la course à la chefferie du Parti progressiste-conservateur ontarien à l’automne 1985. Alan Pope a aussi été ministre responsable des Services en français.

http://www.archiveshearst.wordpress.com

Fillion-Pope_Linda_02

Références : cv de L. Fillion-Pope; livre Du Nord Enneigé; articles de jounaux; livre : Si Missinaïbi m’était conté…l’histoire des gens de Mattice-Val Côté; texte de L. Fillion-Pope.

Certification 2013