Article paru dans Le Régional (2016)

ORIGINE TOPONYMIQUE DE CENT VILLES ET VILLAGES DU NORD ONTARIEN 

Paul-François Sylvestre, écrivain, critique littéraire et chroniqueur historique 

il-etait-une-fois-mon-village_13_juin_couvertureOriginaire de Kapuskasing, Jeannine Ouellette est passionnée par l’histoire des femmes et l’histoire du Nord ontarien. Elle est très active sur les réseaux sociaux et a déjà publié un livre sur Les femmes en milieu minoritaire : liberté d’apprendre autrement. Elle nous offre maintenant Il était une fois mon village, Origines des noms des lieux du Nord de l’Ontario, tome 1.

Ce premier tome couvre 100 villes et villages, offre des faits historiques fascinants, parfois surprenants. Les origines sont présentées selon les lieux nommés en l’honneur de représentants religieux, de politiciens, d’entrepreneurs, de pionniers ou qui font écho à des éléments topographiques et parfois à des origines autochtones ou à des légendes.

Il y a treize toponymes qui ont une origine autochtone, tels que Kapuskasing, Wawa ou Matawa. Douze lieux sont nommés en l’honneur de représentants religieux, notamment Hallébourg, Astorville et Jogues; douze autres rendent hommage à des politiciens, comme Cochrane, Hearst ou Matheson.

Chaque ville ou village a droit à une courte description sur l’origine de son nom, puis une rubrique « Le saviez-vous ? » Prenons Blind River comme exemple. On y précise que l’endroit fut baptisé ainsi par les voyageurs en 1837 « puisque l’embouchure de la rivière devenait visible seulement une fois qu’ils étaient rendus tout près ». Et saviez-vous que Champlain avait inscrit cet endroit sur une carte dès 1632 ? Il a indiqué que les Amérindiens s’y rencontraient sur une base annuelle pour y faire la cueillette des bleuets et des framboises.

Le nom de quelques villages ou villes a parfois une origine unique. C’est le cas, par exemple, de Kenora. Ce toponyme est composé des deux premières lettres de Keewatin, Norman et Rat Portage, des communautés interdépendantes regroupées près du lac des Bois, à la frontière du Manitoba.

Pour chaque rubrique, il aurait été utile d’avoir une toute petite carte du Nord de l’Ontario (grosseur d’un timbre) avec un point ou une étoile indiquant ou se situe l’endroit.

Le deuxième tome (2017) inclura cent autres villes et villages, mais aussi des lacs, rivières et baies. Il pourrait même y avoir un troisième tome sur un autre aspect de l’histoire du Nord, mais l’auteure laisse planer un suspense…

Il n’y a pas à dire que cet ouvrage regorge de faits historiques, géographiques et même anecdotiques. Il constitue un magnifique outil de travail pour quiconque s’intéresse à l’histoire de la province.

Jeannine Ouellette, Il était une fois mon village, Origines des noms des lieux du Nord de l’Ontario, tome 1, Les Productions Triyana, série Les Elles du Nord, 2016, 15 $. http://www.triyana.ca


Publié dans Le Régional (Hamilton), 28 septembre 2016, page 10.

Site de Paul-François Sylvestre : http://www.pfsylvestre.ca/

La route 11

OTF-HORIZ_colour.epsJ’ai de l’amour… pour une route. La route qui m’a vue grandir et qui m’a conduite chez mes grands-parents à la campagne pendant les étés insouciants de mon enfance. Je me souviens des chevaux de grand-père et de leurs crinières qui dansaient au rythme élégant de leurs mouvements. Je me souviens de l’enivrante odeur du pain chaud de grand-mère et des cris de joie qui éclataient de la gorge des cousins et cousines s’amusant aux quatre coins de la terre paternelle. En moins d’une heure de route, nous arrivions dans une sorte de paradis aux parfums de foin, de fleurs et de famille. Le tablier et le collier, la pipe et la moustache, les violons et les guitares, la tablée de cartes pour les adultes, la cuisine d’été pour les enfants. Les dimanches à la campagne goûtaient les fraises des champs et la liberté.

Cette route est aussi celle que j’ai sillonnée d’innombrables fois à l’adolescence à bord d’une Yamaha 650 de couleur rouge passion. Blottie tendrement contre celui qui allait devenir mon partenaire de vie, je ne peux compter le nombre de fois où nous avons dévalé le ruban gris, les yeux rivés sur la route, le coeur fixé sur l’amour et l’avenir. Le vrombissement de la moto résonnait dans nos oreilles et dans nos mollets pendant que les villages se succédaient derrière nos verres fumés et que les mouches noires fouettaient nos corps sans pitié. Nous roulions pour échapper à la monotonie qui s’impose parfois dans les villages isolés au fond des forêts, loin des foules et des aventures citadines. Nous roulions aussi pour découvrir la vie.

Un jour, j’ai tourné le dos à ma « route d’amour ». Je l’ai trouvée ennuyeuse, interminable, contrariante. J’ai refusé de l’emprunter tant son pavé de misère pesait lourd sur mon être qui avait envie de distraction. Pendant un bon moment, elle m’a semblé être la route de nulle part, celle des longueurs, du temps perdu. Des distances à n’en plus finir. Des espaces où les humains ne vivent pas. Des arbres, des arbres, et encore des arbres, quelques maisons, un dépanneur, des poteaux de téléphones, une station d’essence. Et toujours des arbres ! Aligné telle une procession ininterrompue le long des terres du Nord, le cordon de conifères se prolongeait dans l’infini. Hélas, le charme s’était rompu entre elle et moi, et sa grâce d’autrefois me laissait maintenant indifférente.

J’ai tenté de m’y raccrocher en faisant d’elle la route de mon travail, l’utilisant plusieurs fois par semaine pour me déplacer de villes en villages et ainsi y gagner mon pain quotidien. Mais la distance à parcourir sur la route ensevelie par la rigueur des hivers et de ses tempêtes a vite réveillé en moi le désir de la quitter à nouveau.

De nombreuses années sont passées avant que l’envie de retrouver ma route délaissée ne surgisse en moi comme un arbre qui bourgeonne de promesses. Mais cette fois, je l’ai parcourue par les voies de la nostalgie, de l’histoire de ses familles et de la vision d’un peuple porteur de rêves. Mes souvenirs remontaient comme la sève au printemps et tremblaient comme les feuilles sur les branches des arbres qui résistent au vent du Nord. J’ai marché dans les traces de mes ancêtres : ces hommes et ces femmes défricheurs, fondateurs, pionniers.

Cette route, c’est la 11, la route de mon pays, dans le Nord de l’Ontario. Une route d’une telle importance qu’elle relie la province de Barrie à Rainy River, longeant des centaines de villages et de villes dont celle qui m’a vue grandir — Kapuskasing. Je retrouvais la route de mon père et de ma mère. La route de mes premiers pas et de mes humbles éclats. La route de mes repères affectifs et de mes fondements identitaires.

Ma route. Longue de ses 1 780 kilomètres, dont 993 défilent dans le secteur Nord, elle est la deuxième plus longue route de l’Ontario. Sa gloire ! Bordée d’épinettes et de pins, transcanadienne par moments, ma route se rattache à d’autres routes et s’en détache le long de son parcours nord-sud tout en révélant une histoire riche en rebondissements, en résilience et en réussites depuis la fin du 19e siècle.

J’ai découvert que la route 11 voyageait en moi. J’ai compris que même si je ne vivais plus depuis longtemps le long de cette route, je demeurais son enfant. J’ai senti que le lien tissé entre elle et moi était aussi profond et mystérieux que le bouclier canadien et la forêt boréale qu’elle traverse.

Et quand je me suis mise à raconter cette route, je n’ai pu m’arrêter. De visages en villages, l’histoire de mon coin de pays s’écrivait au rythme des archives dépouillées, des souvenirs partagés, des anecdotes racontées, et surtout, à la lumière du dépassement de soi de celles et de ceux qui avaient peuplé le Nouvel-Ontario, l’Ontario-Nord et le Nord-Ouest ontarien depuis le début de la Grande Aventure que fut la colonisation.

Je me promène sur la route 11 avec la ville modèle du Nord tatouée sur le coeur. Je fouille les fonds de tiroirs et je creuse la mémoire des gens qui, comme moi, ont vécu cette route, et d’autres qui y vivent toujours. Ensemble, nous nous rappelons la petite et grande histoire d’un coin du monde né le long de la voie ferrée, dans les mines et les usines, au coeur des cuisines et des chantiers, au beau milieu des arbres.

Je refais le formidable trajet du chemin le plus fréquenté de ma mémoire, celui d’une petite fille, d’une famille, d’un peuple. Oui, chère route 11, je peux te le confier — « il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai »…

Le texte « La route 11 » fut publié au préalable dans un ouvrage collectif intitulé « Écrire pour se raconter III » publié en juin 2016 aux Éditions David. « Écrire pour se raconter » est un concours de création littéraire destiné au public adulte de l’Ontario français. Je remercie chaleureusement les Éditions David d’avoir inclus mon texte La route 11 dans leur recueil 2016 dont le thème était « Racontez un amour inoubliable !». Je les remercie également de m’avoir accordé la permission de reproduire le texte sur mon blogue. 

Rose Viel

Militante pour la francophonie et les femmes, bénévole d’exception

14384185_10153703606832587_520530095_n

Native de Blind River, Rose Viel a grandi au coeur d’une grande famille francophone aux abords de la rive nord du lac Huron avec ses cinq frères et soeurs.

Diplômée de l’école secondaire Jeunesse-Nord de Blind River, elle a poursuivi des études en sciences infirmières au Collège Canadore de North Bay et des études en éducation des petits au Collège Cambrian à Sudbury.

Dès l’adolescence, Rose s’est sentie interpeller par le bénévolat au sein de son école secondaire et de sa communauté avec le Club Richelieu, la Paroisse Ste-Famille et l’École St-Joseph.

Après un séjour sur le marché du travail, elle a effectué un retour aux études, cette fois en administration au Collège Boréal. C’est à cette époque qu’elle s’engage de manière encore plus active dans les dossiers francophones, d’abord à titre de présidente du Conseil des apprenants du campus d’Elliot Lake.

En 1998, Rose accepte un poste offert au sein du programme de jeune stagiaire de FedNor par l’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario (AFNOO) où elle oeuvra à titre d’adjointe pendant 7 ans. Depuis près de 18 ans maintenant, Rose laisse sa marque dans les organismes francophones de Thunder Bay.

static1.squarespaceElle fut présidente du Club canadien-français de Thunder Bay de 1999 à 2007. Ce Club, créé en 1965, a comme objectif principal de promouvoir l’épanouissement social, culturel et communautaire de ses membres — des valeurs qui correspondent entièrement aux engagements de Rose depuis sa jeunesse.

Rose est également membre fondatrice de la Coopérative du regroupement des organismes francophones de Thunder Bay Inc et siège à son conseil d’administration. Le ROFTB Inc. est une coopérative à partenaires multiples qui compte sept (7) organismes francophones de Thunder Bay réunis sous un même toit. Son engagement auprès de la Coopérative fut reconnu par le gouvernement de l’Ontario en 2012, année où elle fut récipiendaire de la Distinction de l’Ontario soulignant une décennie de bénévolat assidu auprès de l’organisme.

Centr'Elles logoDepuis 2005, Rose est impliquée auprès de Centr’Elles, le Centre des femmes francophones du Nord-Ouest de l’Ontario. Elle est présentement la directrice générale de Centr’Elles, le seul organisme francophone qui oeuvre dans le domaine de la violence faite aux femmes dans cette région du Nord de l’Ontario.

Parmi ses nombreuses activités de planification et de résautage, Rose participe à des comités et conseils d’administration à l’échelle locale et provinciale. Elle siège également au conseil d’administration du Centre ontarien de prévention des agressions (COPA) depuis une décennie et occupe le poste de présidente depuis plus de six ans. Le COPA est un organisme provincial francophone à but non lucratif qui a pour mandat de prévenir les agressions faites aux enfants et de promouvoir un changement positif dans la société et dans la vie des femmes.

Mais son engagement ne se termine pas là puisque Rose siège aussi au conseil d’administration de l’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes (AOcVF), un organisme dont le mandat est de travailler à la prévention de la violence, à la formation continue des intervenantes et des directions, au démarchage en vue de mettre en place de services en français, à l’analyse des enjeux et à la réalisation de matériel éducatif et de sensibilisation en français.

On pourrait certainement dire que les droits des femmes et les droits des francophones sont la signature du dévouement de Rose Viel. Infatiguable et déterminée, elle oeuvre au sein de la communauté de Thunder Bay toujours avec le souci d’améliorer la qualité de vie des femmes et de la communauté francophone en fournissant, entre autres, des occasions de rassemblement et de développement. Le Franco-Festival de Thunder Bay, le Centre Grandir en français, l’AFNOO et le Novocentre sont quelques-uns des organismes qui ont pu compter sur son savoir, son savoir-faire et son savoir-être.

Réf. Le Chaînon, vol. 30, no 4, automne 2012, p. 39; ccftb.ca; afnoo.org; infocopa.com; aocvf.ca; textes de R. Viel

unnamed