Les Soeurs de Sainte-Croix à Gogama

Screen Shot 2016-03-31 at 12.41.24 PM

Jubilé d’or de Sr Marie Wenceslas, supérieure fondatrice à Gogama. De g. à d. Cécile Nadeau (enseignante), sa mère  Yvonne, Sr Marie Anne-Lucie, Sr Marie Wenceslas.

 

« Enfin les mots sont impuissants à traduire ce que nous avons vécu à l’occasion de cette rencontre. Si nous nous sommes données durant trente années, nous avons aussi beaucoup reçu de ces gens simples mais vrais, capables de dévouement et de générosité, de solidarité, de gratitude et de partage. » — Soeur Berthe Lefebvre, c.s.c, au moment de la retraite des Soeurs de Sainte-Croix de Gogama, 1988

De nombreuses congrégations religieuses ont participé au développement de l’Ontario français, dont la Congrégation des Soeurs de Sainte-Croix. Cette congrégation a oeuvré dans plusieurs villes incluant Lafontaine, Cornwall, Penetanguishene, Ottawa, Barrie et plusieurs autres. Dans le Nord de l’Ontario, plus particulièrement à Gogama, les Soeurs de Sainte-Croix ont été présentes pendant 30 ans, de 1958 à 1988.

Il faut dire que les religieuses étaient fort attendues à Gogama, puisque les curés de la mission solicitaient leur présence depuis 1935. Celles-ci arrivèrent en 1958 sous la direction de  la supérieure Soeur Wenceslas (Mary O’Connor) et trois religieuses : Soeur Anne-Lucie (Lucie Charest), Soeur Paul-Bernard (Thérèse Quesnelle) et Soeur Lucien-René (Irène Dauphin).

Gogama est l’un des 22 districts de forêts de l’Ontario. Au moment de l’arrivée des religieuses de Sainte-Croix dans ce district en 1958, la population catholique locale se chiffrait à 582 personnes. Pourtant, if fut un temps où 4 000 habitants avaient élu résidence à Gogama entre les années 1917 et 1941 ! Les soeurs ont été accueillies avec grand enthousiasme par le curé Georges-Aimé Mathieu et ses paroissiens, mais plusieurs défis les attendaient !

Les soeurs ont d’abord habité au presbytère, puis elles ont aménagé dans des locaux de l’école : chambres, chapelle, salle à manger et bureau devaient être rapidement organisés, mais les soeurs n’avaient aucune possession matérielle outre leur petite malette individuelle. Elles s’y installèrent tant bien que mal, même si les locaux présentaient de nombreux inconvénients. Les quatre soeurs  fondatrices ont fait montre de courage !

Screen Shot 2016-03-31 at 12.37.57 PM

École Notre-Dame-du-Rosaire à Gogama en 1950. Les locaux des religieuses étaient situés aux deux extrémités.

Dès septembre, les religieuses enseignaient à 137 élèves, répartis en 5 classes. En quelques mois, le progrès des élèves était évident et les parents étaient remplis de reconnaissance pour la congrégation. De plus, une fois par semaine, une religieuse se déplaçait de Foleyet pour venir enseigner le piano aux enfants de Gogama. Sr Madeleine-Cécile (Madeleine Villeneuve) clôturait les cours de musique avec un récital au plus grand bonheur des familles.

Screen Shot 2016-03-31 at 12.36.31 PM

Les soeurs ont enseigné et exercé leur apostolat, non seulement à Gogama, mais dans quelques villes avoisinantes (catéchèse, préparation à la première Communion et à la Confirmation). À la fin des années 60, les religieuses sont retournées vivre au presbytère alors que le curé prit résidence dans une roulotte.

Tout au long de leur mission à Gogama, les soeurs ont su profiter de la magnifique région — les lacs, les randonnées en nature, le patin sur glace, le Carnaval d’hiver, etc. Lorsque les températures étaient trop froides, les religieuses faisaient du  patin à roulettes !

Screen Shot 2016-03-31 at 12.37.25 PM

Au cours des années 1970, la présence laïque se faisant plus grande dans les écoles, la présence des soeurs se faisait de plus en plus discrète. Elles étaient vieillissantes et la relève n’était pas au rendez-vous, si bien qu’en juin 1988, la Congrégation des Soeurs de Sainte-Croix se retira complètement de Gogama. C’était la fin d’une époque…

Screen Shot 2016-03-31 at 10.36.35 AMÀ l’automne 1988, une grande fête de gratitude fut organisée pour les religieuses et une plaque-souvenir où figurent les noms de toutes les religieuses fut dévoilée. Elles ont laissé leur marque dans le coeur des parroissiens et dans le développement de la communauté reconnaissante. Heureusement, Sr Hélène Bériault, csc, a raconté la fabuleuse histoire de l’oeuvre des Soeurs de Sainte-Croix en Ontario français dans un ouvrage publié en 1989.

NOTE : J’aimerais remercier très chaleureusement Gerry Talbot, le directeur du Musée héritage de Gogama pour sa précieuse collaboration. Grâce à sa générosité, j’ai pu rédiger ce profil de la présence des Soeurs de Sainte-Croix à Gogama. M. Talbot a fourni des documents, des photos et des souvenirs pour la rédaction du profil. Merci ! 

Références : La Montée avec les Franco-Ontariens écrit par Hélène Bériault, c.s.c, 1989; Gerry Talbot, directeur du Musée héritage de Gogama http://www.gogama.ca/museum.html

unnamed

L’honorable Lise Maisonneuve

Juge en chef de la Cour de justice de l’Ontario, spécialiste du droit criminel

Screen Shot 2016-03-09 at 2.49.26 PM

L’honorable Lise T. Maisonneuve via news.ontario.ca

«Au cours d’une carrière judiciaire exemplaire, la juge Maisonneuve a acquis une réputation de solide chef de file, de collaboratrice efficace et de défenseuse déterminée de la modernisation et de l’amélioration continue de nos tribunaux.

J’ai entièrement confiance en sa capacité de diriger et j’attends avec impatience de voir le travail que nous pouvons accomplir ensemble pour le système de justice et pour la population qu’il dessert.»

— L’honorable Madeleine Meilleur, procureure générale via https://news.ontario.ca

Native de Timmins, Lise Maisonneuve a grandi au coeur d’une famille francophone où elle a appris la valeur du service aux autres et la fierté du travail bien exécuté.

«Dans ma famille, on ne parlait que le français. Mon père est né à Timmins, mais ses parents sont Québécois. Et ma mère a quitté le Québec pour déménager à Timmins à l’âge de 18 ans, elle ne parlait pas un mot d’anglais.» (Lise Maisonneuve citée dans le journal LeDroit, 11 avril 2015).

Lise a fait ses études en droit à l’Université d’Ottawa et fut admise au Barreau en 1991. En 2015, elle fut nommée au poste de juge en chef de la Cour de justice de l’Ontario faisant d’elle est la deuxième femme nommée à ce poste, la première francophone de l’Ontario nommée juge en chef de la plus vaste cour de justice au pays, et la première personne native du Nord de l’Ontario à occuper ces fonctions.

Avant d’être nommée juge en chef de la Cour de justice de l’Ontario, la juge Maisonneuve a présidé des affaires criminelles dans la région d’Ottawa pendant douze ans. Elle est devenue juge principale régionale de l’Est, en 2011, puis juge en chef adjointe de la Cour de justice de l’Ontario en 2013. Elle fut également associée du cabinet Carroll, Wallace and Maisonneuve d’Ottawa, où elle se spécialisait dans le droit criminel.

Fière de ses racines et consciente des lacunes en matière linguistique dans le système judicaire ontarien, la juge Maisonneuve est commise à la cause des services en français dans les tribunaux de la province. Elle souhaite de tout coeur être un modèle pour les femmes, mais aussi pour les francophones de l’Ontario qui aspirent à gravir les échelons au sein de la profession du droit.

«On m’accorde un immense privilège et j’en suis très fière. C’est une cour qui a une grande crédibilité, même au niveau national. Et c’est un privilège d’avoir été choisie pour mener cette cour pour les huit prochaines années.», citée dans LeDroit, 11 avril 2015.

NOTE : «La Cour de justice de l’Ontario traite d’affaires relevant du droit criminel et du droit de la famille. Elle constitue le tribunal le plus vaste du Canada. Elle entend plus de 200 000 affaires criminelles et des millions de cas d’infractions provinciales, comme des contraventions au Code de la route, et dessert plus de 20 000 familles en crise chaque année.» Gérard Levesque, L’Express, avril 2015, accédé le 9 mars 2016

Réf. http://www.lexpress.to/archives/15180/; http://ottawacitizen.com/news/local-news/ottawa-judge-lise-maisonneuve-named-chief-justice-of-ontario; http://ici.radio-canada.ca/emissions/ca_parle_au_nord/2013-2014/chronique.asp?idChronique=369091; http://www.lapresse.ca/le-droit/chroniqueurs/denis-gratton/les-grandes-entrevues/201504/11/01-4860114-une-premiere-a-la-cour-de-justice-de-lontario.php

NDLR: J’ai rédigé ce résumé à partir de sources fiables et au meilleur de mes connaissances. Dans toutes les instances possibles, je tente de faire valider le contenu auprès de la personne ou de sa famille  lorsqu’il est possible de le faire. Toutefois, s’il contient des erreurs, n’hésitez pas à m’en faire part.