Saryna St-Martin

Artiste, interprète, musicienne, animatrice d’ateliers, promotion des artistes en Ontario français

Saryna

Photo : avec l’autorisation de Saryna St-Martin

 « Être à Ontario POP pour moi, ça représente vraiment le lancement de ma carrière solo. On est jamais perdant parce qu’on apporte avec nous tout le bagage qu’on a appris en atelier. »

— Saryna St-Martin, citée dans francopresse.ca

Originaire de Sudbury, Saryna fait partie de la relève musicale en Ontario français. Sa voix remplie de promesse et son talent artistique se font remarquer sur les scènes ontariennes.

Qu’elle soit au piano, devant un micro, à sa table d’écriture ou en atelier de formation, Saryna vit dans le moment présent de la démarche de création.

Elle a fréquenté l’école primaire Jeanne Sauvé à Sudbury et, par la suite, l’école secondaire MacDonald Cartier où elle a pu explorer ses talents d’artiste. Pendant ses études secondaires, Saryna a fait partie de la formation NOVA et du Groupe 17. Le Groupe 17 est un programme de musique spécialisé en création de chanson et en performance auquel Saryna a participé pendant 4 ans. Elle a d’ailleurs été récipiendaire du prix « Directeur musical » pour ses efforts au sein de ce programme. Le prix reconnaît le travail remarquable d’un ou d’une élève qui a relevé le défi de la gestion de son propre groupe musical (structure et son), tout en jouant un rôle de « leader »  auprès des élèves plus jeunes de son école.

Pendant sa période d’études secondaires, elle a également siégé au conseil de représentation de la FESFO (en 10e année) et a  été la représentante de son école à la FESFO pendant 2 ans.

En 2012, Saryna a remporté le Prix de mérite au Sears Ontario Drama Festival*, Northern Regional Showcase, dans la catégorie « Conception de musique », pour sa trame sonore À l’Imparfait (reconnaissance locale et régionale). Elle avait composé cet arrangement musical pour une pièce de théâtre où elle accompagnait « en direct » les comédiennes et comédiens de la troupe Les Draveurs sur scène.

Lors de la 26e édition d’Ontario Pop en 2013, Saryna, alors âgée de 18 ans, a obtenu trois prix, dont le prix Petite Vallée dans la catégorie interprétation, le prix SOCAN qui couronne la chanson primée de la finale d’Ontario Pop — dans ce cas-ci, la chanson Évadé — et le prix Réseau national des galas de la chanson APCM.

Saryna a eu l’occasion de travailler de près avec le chanteur, comédien et animateur de radio franco-ontarien Stef Paquette, natif de Chelmsford. Suite à un stage avec cet artiste réputé et couronné en Ontario français, Saryna dit «avoir beaucoup appris de Stef en coanimant des émissions pour lui, en coordonnant des entrevues, en plus de l’accompagner lors de festivals et sur des plateaux de télévision ».

Saryna s’est toujours intéressée à la promotion et à la formation des artistes franco-ontariens de la relève. Lors de la Nuit suit l’étang 2013 à Sudbury, elle a coanimé un atelier au nom de l’APCM qui visait à initier les nouveaux artistes au rouage de l’industrie musicale en Ontario (rôle des organismes de musique, fonctionnement des redevances, distribution des produits, etc.).

Saryna fait présentement partie de l’équpie de l’APCM où elle voit à la distribution physique et numérique des produits des membres tout en assumant des fonctions administratives.

Elle aura l’occasion de participer à la 46e édition du Festival international de la chanson de Granby qui se tiendra du 3 au 13 septembre 2014. Mais d’ici là, elle glisse ses doigts sur les notes de son nouveau piano et s’emballe de ce que l’avenir lui réserve.  Une carrière à suivre…

*Le Sears Ontario Drama Festival est le plus grand festival de son genre au monde.

Références : apcm.ca; northbaynipissing.com; francopresse.ca; lanuit.ca; lapresse.ca; texte de S. St-Martin.

Certification_2014

Advertisements

Ida (Miron) Comeau

Artisane, enseignante, infirmière auxiliaire, chef de file communautaire pour les services aux femmes et pour la mise en valeur des pratiques artisanales, bénévole d’exception

Ida Comeau, Artnet

Avec l’autorisation d’Ida Comeau,  L’Union culturelle des Franco-Ontariennes, Projet Artnet

«On apprenait à la maison que quand tu jettes une roche dans l’eau, le cercle s’agrandit. Ça commence par la famille, les grands-parents, ensuite la garderie, la société, les amis…»

—   Ida Comeau, citée dans le Projet Artnet, L’Union culturelle des Franco-Ontariennes, 2013

Née à Verner en 1931, Ida est la fille d’Hermas Miron, forgeron de métier, et d’Anna Dauphinais de Lavigne. L’aînée d’une famille de sept enfants, elle a grandi sur la ferme des grands-parents Miron.

L’enfance ne fut pas sans ses défis et ses malheurs pour Ida. La maladie grave de sa mère a mené à un décès précoce en 1941 alors qu’Ida n’avait que 10 ans.  Orietta, sa jeune tante paternelle âgée de 17 ans,  a pris la relève de la famille pendant un an.

Deuil d’une mère, déménagement au village suite au décès, adaptation aux absences d’un père qui partait travailler au loin, décès des grands-parents maternels, adoption dans une nouvelle famille en 1943 — la tristesse a voilé l’enfance d’Ida qui dû apprendre très jeune à surmonter les épreuves de la vie. Et surmonté, elle a fait !

Enfant, elle a fréquenté les écoles à Warren, puis à Kirkpatrick et à Verner jusqu’à sa 10e année. Par la suite, elle s’est inscrite au cours d’école ménagère, qui à l’époque, était une formation populaire pour beaucoup de jeunes filles. Elle a d’abord étudié les arts ménagers chez les religieuses à Montebello, puis ensuite à Amos, où elle a complété avec succès les quatre ans de théorie et de pratique.

«Le choix de ce cours était très judicieux parce que j’y ai reçu une formation solide et des principes de vie incontestables. Ces religieuses m’ont inculqué des valeurs qui m’ont aidé à traverser plusieurs moments difficiles au cours de ma vie», de dire Ida Comeau lors d’une entrevue menée par Julie Champagne de la Société historique de Nipissing en 2003.

Ida Comeau, artisanat

Oeuvre artisanale, Ida Comeau

Les diplômes du Québec n’étant pas reconnus en Ontario à l’époque, Ida n’a pas pu se consacrer à l’enseignement à la fin de ses études comme elle l’aurait souhaité. Elle a alors entrepris des démarches pour cofonder une entreprise de travaux manuels destinée aux touristes, mais les défis financiers ont bloqué ce projet. Elle est alors retournée aux études pour compléter sa 11e et 12e années, et a été enseignante par la suite pendant quatre années et demie.

C’est en 1962 qu’Ida a uni son destin à celui de Gratien Comeau avec qui elle a élevé deux enfants à Sturgeon Falls.

Le fil conducteur de sa vie a été la vie familiale, mais également l’implication communautaire et le bénévolat. Inspirée d’une part par son père qui « vibrait à tous les événements de son entourage » et suivant l’exemple de sa mère qui avait été présidente des Dames fermières, Ida s’est impliquée de multiples façons dans sa commuanuté. Même à l’époque de son école primaire, Ida faisait déjà du bénévolat en étant membre de la Croisade eucharistique et de la Jeunesse étudiante catholique comme chef de groupe.

En même temps qu’elle élevait sa famille, Ida Comeau a accueilli des enfants de foyers défavorisés chez elle pendant plusieurs années pour les appuyer dans leurs devoirs scolaires et leur donner accès aux encyclopédies qu’elle possédait.

Suite à son entrée dans le groupe des Châtelaines d’Au Château, Ida a raffermi une mission personnelle : celle de se prêter à la communauté dans plusieurs domaines de bénévolat. Depuis les années 40, nombreux sont les groupes et organismes qui ont profité de ses talents et de ses connaissances, entre autres :

  • L’Association du diabète de Sturgeon Falls/Nipissing Ouest
  • Le Centre de ressources familiales de Sturgeon Falls
  • L’Association de l’intégration communautaire du Nipissing Ouest
  • La Fédération des femmes canadiennes-françaises
  • L’Union culturelle des Franco-Ontariennes
  • Le Centre d’alphabétisation ALEC (membre fondatrice)

Au cours des années 80, Ida a effectué un autre retour aux études, cette fois dans le domaine des soins infirmiers auxiliaires. Diplôme en main, elle a œuvré dans le milieu hospitalier en tant que membre du personnel de l’hôpital Au Château.

Par la suite, elle a accepté le poste de directrice intérimaire au Centre de ressources familiales de Sturgeon Falls de 1984 à 1987 où elle avait œuvré auparavant à titre de conseillère auprès des femmes en situation de crise. De 1987 à 1989, elle a été conseillère pour l’Association de l’intégration communautaire du Nipissing Ouest.

Ida est active au sein de la Fédération des femmes canadiennes-françaises depuis plus de 40 ans. Elle y a joué plusieurs rôles dont secrétaire et présidente, et a toujours servi la cause des femmes du point de vue de leur santé, de leurs droits, de l’égalité et des services. Elle est également membre de l’Union culturelle des Franco-Ontariennes et est profondément engagée dans le dossier de la sauvegarde des techniques artisanales en Ontario français.

Lors de la Journée internationale des femmes du 8 mars 1998, Ida fut honorée par «Les Femmes professionnelles du Nipissing Ouest» qui l’ont nommée Femme de l’année.

En 2013, Ida a participé au projet Artnet sous l’égide de l’Union culturelle des Franco-Ontariennes. Ce projet vise à mettre en valeur les pratiques artisanales dans femmes de l’Ontario français. En 2014, elle continue toujours ses activités de bénévolat…histoire à suivre sur Les Elles du Nord.

VIDÉO ARTNET : La vidéo ci-dessous (4,22 min) présente Ida Miron Comeau qui met en valeur les pratiques artisanales des Franco-Ontariennes.

Références : Entrevue menée par Julie Champagne, Société historique du Nipissing (2003); Projet Artner de l’Union culturelle des Franco-Ontariennes (2013)

Certification_2014