Émilie Charette

Athlète de compétition en arts martiaux, agente de changement pour la francophonie auprès des jeunes

Charette_Émilie

Émilie Charette au Championnat mondial de Kickboxing junior en Italie 2014, médaille d’argent !

« J’aime la discipline. J’aime aussi la sensation de prendre place sur le tapis de zone de combat. La sensation de monter dans l’arène est fantastique et incroyable !. La passion de mon sport, c’est un « rush » d’adrénaline ». — Émilie Charette

Étudiante en 12e année à l’école secondaire du Sacré-Cœur à Sudbury, Émilie a découvert très jeune l’univers des arts martiaux. En fait, son premier souvenir de compétition en arts martiaux remonte à l’âge de 4 ans !  C’est aux côtés de son père Yves Charette, lui-même adepte des arts martiaux depuis plus de 25 ans, qu’Émilie fut intiée à cette discipline.

L’entraînement fait partie du quotidien d’Émilie depuis déjà plus d’une douzaine d’années. L’athlète de compétition prend plaisir, non seulement aux défis physiques à relever auprès de ses adversaires, mais surtout, aux rencontres, à la camaraderie et aux amitiés qui se tissent dans ces hauts lieu d’athlétisme.

Émilie Charette

Médaille d’or ! Tournoi de judo à Sudbury

Que ce soit la lutte, le jiu-jitsu, le judo ou le kickboxing, Émilie se dédie à son sport et jouit déjà d’une notoriété dans son domaine.

Dans certaines des compétitions auxquelles elle participe, elle doit parfois relever le défi d’affronter des opposants masculins (par exemple, au NAGA en 2011). En 2012, alors âgée de 15 ans, Émilie a remporté la médaille d’or au Championnat provincial ontarien du Brazilian Jiu-jitsu (catégorie Teen Rooster Weight Division).

Lors du Toronto Pro SuperShow (la toute première compétition de Mixed Martial Arts (MMA) amateur  en Ontario, Émilie a été la première fille à participer aux évènements de compétition.

En 2012, elle fut également consacrée championne ontarienne au Championnat provincial de Kickboxing, et en 2013, elle fut couronnée championne nationale du CASK (Council of ammateur sport Kickboxing).

De plus, la jeune athlète a remporté l’argent aux jeux d’hiver de l’Ontario en Kickboxing trois fois (2010, 2012 et 2014) ! Elle a aussi participé au OFSAA (Ontario Federation of Schools Athletics Associations) où elle s’est classée 4e en lutte en 2013.

Médaille ÉmilieMais les honneurs ne s’arrêtent pas là ! En septembre 2014, Émilie a représenté le Canada au Championnat mondial junior de kickboxing en Italie. Elle y a d’ailleurs remporté une médaille d’argent ! Ce championnat rassemblait sous un même toit les meilleurs athlètes provenant de 60 différents pays.

Émilie Charette et père

Émilie Charette et son père Yves Charette, son entraîneur au Championnat mondial du Kickboxing en Italie, septembre 2014

En plus de ses responsabilités scolaires et athlétiques, Émile est une agente de changement pour la francophonie dans son milieu scolaire. Elle est la personne contact (PéCo)  pour la FESFO à son école et a participé deux fois au Stage franco-ontarien de formation en leadership par l’entremise de la FESFO, dont une fois à titre de participante en 2013 (avec grande distinction) et, une deuxième fois, dans un rôle d’animatrice jeunesse en 2014.

À ceux qui n’appuient pas l’idée d’une femme au combat en arts martiaux, surtout dans le domaine de la compétition, Émilie répond que « cela ne la dérange pas ». Pour elle, les arts martiaux représentent plus qu’une simple zone de combat — c’est un endroit où on apprend à affronter la vie dans son sens le plus large. Son père Yves précise que le combat féminin est plus technique que le combat masculin puisque les femmes compensent leur lacune en force physique par une technique plus articulée. Il appuie sa fille dans ses choix et ses objectifs, tant dans le domaine de la compétition que dans la vie.

Aujourd’hui, Émilie avance vers ses rêves et espère un jour devenir athlète professionnel au sein de la catégorie Mixed Martial Arts (MMA), une discipline de sport de combat dont les pratiquants maîtrisent et empruntent leurs techniques au judo, karaté, jiu-jitsu, boxe thaï, etc.

Elle poursuit présentement ses études au Collège Boréal où elle est la directrice de l’Association générale des étudiantes et étudiants du Collège. En 2016, Émilie a reçu le Prix Jeunesse du Club Richelieu international en reconnaissance de son leadership communautaire.

Voici un reportage de TFO 24.7 mettant en vedette Émilie Charette.

Vous pouvez également visionner son combat au Championnat du monde au chronomètre 3:26.

NOTE : Yves Charette, professeur au programme de Massothérapie au Collège Boréal depuis 1997, a été l’entraîneur de l’équipe nationale junior à la compétition World Association of Kickboxing Organizations (WAKO) de 2014 qui a eu lieu du 6 au 14 septembre 2014 en Italie. M. Charette, qui est ceinture noire au cinquième degré, a plus de 25 ans d’expérience dans le sport. Comme propriétaire d’un centre d’arts martiaux à Sudbury, il a entraîné une multitude d’athlètes locaux de tout âge, notamment sa fille Émilie, et l’amateur de l’UFC, Mitch Gagnon. http://www.boreal.ca

Réf. www.kisssudbury.com; www.thestar.com; www.cbc.ca (entrevue à Morning North); TFO 24.7; www.northernlife.ca

Certification_2014

Advertisements

2 avis sur « Émilie Charette »

  1. marjolaine Huot dit :

    Je suis très impressionnée par tout ce que tu as fait à date…
    Félicitation!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s