L’UCF♀ dans le Nord de l’Ontario

UCFO

«[Les membres de l’UCF♀] sont  encore aujourd’hui, des cheffes de file du développement économique des femmes et d’ardentes défenseures des droits des femmes à vivre en santé et sans violence». — Guylaine Leclerc, directrice générale de l’UCF♀, 2013*

C’est dans la région de Kent et d’Essex qu’un regroupement de femmes, d’abord connu sous le nom de l’Union catholique des fermières de l’Ontario, s’est rassemblé pour la toute première fois en 1936.

Bien à leur insu, ces femmes venaient de donner naissance à ce qui allait devenir le plus important regroupement de femmes francophones dans toute l’histoire de l’Ontario ! À cette époque, des « cercles » comme ceux de Kent et d’Essex, se sont également formés dans l’Est ontarien à Casselman, Wendover, Embrun et Clarence Creek.

On a vu apparaître les premiers 8 cercles dans le Nord de l’Ontario, plus précisément dans le diocèse de Hearst, en 1956.

Les cercles se sont multipliés rapidement et au moment de leur congrès provincial en 1962, les femmes du Nord et de l’Est avaient déjà formé 30 cercles, ce qui représentait 1416 membres. Le regroupement et la mobilisation des femmes francophones de la province étaient bel et bien en marche !

Le regroupement a vécu un moment clé de son histoire à North Bay en 1969. Sous la présidence de Gracia Comeau de Verner, un nouveau nom a été proposé — l’Union culturelle des Franco-Ontariennes (l’UCF♀). Ce nom fut adopté officiellement le 16 février 1970.

Selon Marie-Pauline Demers, native de Sturgeon Falls et membre de l’UCF♀ depuis 1971, le nouveau nom « se voulait plus laïque et plus inclusif de toutes les femmes d’expression française en Ontario ».

Afin de ne pas être confondues avec l’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), les membres ont également choisi d’affirmer leur identité en utilisant le sigle de la femme dans leur acronyme (UCF♀).

Un autre moment historique de l’UCF♀ a été vécu à Smooth Rock Falls en 1977. Pour mieux refléter les réalités et les besoins des membres, l’organisation de l’UCF♀ a été répartie en cinq régions. Deux ans plus tard, Windsor-Essex-Kent a formé la 6e région.

À travers les décennies, l’UCF♀ a poursuivi ses objectifs de briser l’isolement des femmes et de soutenir les familles. En 1980, elle a ouvert un bureau de direction à Ottawa, et grâce à des subventions, l’UCF♀ a pu dorénavant offrir des programmes variés à ses 3000 membres.

Au fil des ansEn 2000, la chercheure Estelle Huneault a écrit un ouvrage sur les origines fondatrices de l’Union culturelle des Franco-Ontariennes (l’UCF♀). Au fil des ans : L’Union catholique des fermières de la province d’Ontario de 1936 à 1945 a été publié aux Presses de l’Université d’Ottawa.

Au cours des derniers 77 ans, l’UCF♀ a élu 22 présidentes provinciales, dont 8 sont des femmes natives du Nord de l’Ontario. Elles sont :

  • Gracia Comeau, Verner, 1969-1974
  • Fernande Lévesque, Fauquier, 1974 à 1977
  • Denyse Séguin, North Bay, 1986 à 1989
  • Doris Thibodeau, Earlton, 1989 à 1992; 1994 à 1996
  • Madeleine Paquette, Kapuskasing, 1996 à 2000
  • Alice Laurin, SASV, Hornepayne, 2000 à 2004
  • Doris Riopel, Chapleau, 2004 à 2008
  • Pierrette Bélanger, Harty, depuis 2012

Vous pouvez lire les profils de Gracia Comeau, Denyse Séguin et Doris Riopel sur ce blogue. D’autres profils seront ajoutés au fur et à mesure que les informations seront disponibles.

Note historique : La première présidente provinciale fut Valentine Lacasse de Wendover de 1937 à 1939. Depuis sa fondation, l’UCF♀ gère plusieurs programmes de formation selon les besoins de ses membres. Les dossiers principaux sont l’économie sociale des femmes, la situation des proches-aidantes, la violence faite aux femmes, la santé, la promotion et la préservation de l’artisanat traditionnel de l’Ontario français, pour ne nommer que ceux-ci. L’UCF♀ a également créé la Coopérative des artisanes en 1996.

* Cette citation a été tirée d’un article paru dans la revue Le Chaînon, publiée par le RPFO, printemps-été 2013, p. 28

J’aimerais remercier bien chaleureusement Marie-Pauline Demers et Johanne Ouimette pour leur appui dans cette recherche.

Références : Texte de Marie-Pauline Demers de Sturgeon Falls, membre de l’UCF♀ depuis 1971; Article de Linda Cardinal, Des femmes d’action : l’autre histoire de l’Ontario français de 1969 à 1982; Article de Guylaine Leclerc, L’Union culturelle des Franco-Ontariennes : survie et détermination; crccf.ca; unionculturelle.ca

Certification 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s