Denyse (Monette) Séguin

Pionnière du Moyen-Nord, infirmière, chef de file pour les femmes et pour l’éducation en français, fondatrice de l’UCF♀ à North Bay, bénévole

DenyseSéguin

(Photo : courtoisie de Denyse Séguin)

Née à Noëlville en 1933, Denyse est la 2e d’une famille de 15 enfants. À partir de l’âge de 3 ans, elle a grandi sur la ferme ancestrale à Monetville, ville ainsi nommée pour son arrière-grand-père Cyrille Monette, un pionnier fondateur de cette municipalité.

Denyse a fait ses débuts scolaires à l’école du rang de Monetville, ensuite à l’école du village à Noëlville, et par la suite, ses études secondaires à Sturgeon Falls.

En 1950, Denyse a obtenu son diplôme en Nursing de l’Hôpital Général de Mattawa et sa licence de la province d’Ontario. Suite à une année de travail à Ottawa, elle est  revenue à Mattawa en 1953, année où elle a épousé Édouard Séguin avec qui elle a fondé une famille de huit enfants.

La famille Séguin a vécu à Mattawa, puis à Noëlville, avant de s’installer  à North Bay.

L’implication de Denyse dans le développement de sa communauté a commencé en 1960 lorsqu’elle a été élue présidente de l’API (Association parents-instituteurs) à l’école St-Jean de Brébeuf, à Widdifield.

Par la suite, en 1963, elle a fondé l’Union catholique des fermières de l’Ontario (l’UCFO) pour la région de North Bay avec douze autres femmes. Leur but était de «rassembler les femmes en milieu rural pour mieux les accompagner dans un monde en évolution».

Pendant de nombreuses années, Denyse a organisé la Boutique de Noël, ce qui permettait aux femmes de North Bay et de la région d’exposer leurs créations et de les vendre.

Elle a également été coordonnatrice du journal régional «L’Étincelle» pendant 5 ans (1967-1972) — un journal qui permettait aux femmes de partager leurs besoins, leurs activités, leurs questionnements et leurs solutions à divers problèmes de la vie quotidienne.

Malgré ses nombreuses activités familiales, communautaires et paroissiales (chorale, conseil de paroisse),  Denyse est retournée au travail à temps partiel à l’hôpital Civic de North Bay en 1970.

À cette époque, elle a également été membre fondateur d’un comité de parents qui souhaitaient mettre en place une école secondaire de langue française. Elle a été élue première présidente du Conseil de parents de l’École secondaire Algonquin.

Durant les années 80, Denyse a été animatrice pour le cours «Nouveaux départs» offert par l’UCF♀ — un cours  destiné à aider les  femmes à se replacer dans le monde du travail après des années de travail à domicile.

En 1988, elle a collaboré avec l’honorable Greg Sorbara, alors ministre délégué à la Condition féminine, pour l’aider à mieux connaître les besoins des groupes de femmes.

Denyse a occupé divers postes au sein de l’UCF♀ tant au niveau local que régional, et éventuellement, au niveau provincial lorsqu’elle a été élue présidente provinciale en 1986.

Elle a également siégé à l’ACFO, au conseil d’administration du Centre d’alphabétisation ALEC du Nipissing, ainsi qu’au conseil d’administration de la Société historique du Nipissing.

Conseil de Denyse aux générations —

 « Dans toutes les personnes que l’on côtoie, il y a du bon. Il ne faut pas juger au premier abord. Prenons le temps d’écouter et de regarder attentivement. Pour réussir dans la vie, nous devons avoir un sens profond du devoir et un sens de respect pour les autres. »

Denyse habite toujours à North Bay où elle a élevé sa famille de 8 enfants. Aujourd’hui, elle est fièrement grand-mère de 17 petits-enfants et arrière-grand-mère de  9 petits-enfants !

Note historique : En 1969, au cours d’une assemblée spéciale de l’UCF♀ tenue à North Bay, une proposition fut mise de l’avant pour changer le nom de l’organisme à Union culturelle des Franco-Ontariennes, et ce, dans le but d’intégrer les femmes des milieux urbains. À partir de 1970, le nouveau nom a été adopté et toutes les femmes francophones pouvaient dorénavant adhérer à l’UCF♀. Pendant plusieurs années, les femmes de l’UCF♀ ont obtenu du ministère de l’Agriculture des cours variés (cuisine, artisanat, musique, etc.). À North Bay, Madame Chémery, une économiste ménagère du ministère d’Agriculture venait donner des cours. À la fin des années 70, l’UCF♀ offrait également de l’aide financière aux femmes qui voulaient suivre des cours de leadership et de développement personnel à l’Université de Sudbury.

Référence : Document biographique préparé par la Société historique du Nipissing (date inconnue, ourontario.ca); texte de l’UCF♀ (par Marie-Pauline Demers, soumis en avril 2013); texte de M. Séguin

Certification 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s