Laurette Larocque-Laboret

Pionnière, développement du Moyen Nord, enseignante, organisatrice communautaire, fondatrice d’une société historique, militante pour les droits francophones, bénévole d’exception

Laurette Larocque

Photo : remerciements chaleureux à Jovette Landry

Née dans une famille pionnière de North Bay en 1912,  Laurette est la fille de Joseph Onésime Larocque et de Delia Gratton.

Elle a fréquenté l’école publique #2 de Widdifield, devenue par la suite l’école St-Jean-de-Bréboeuf.

Elle a été la première élève de son école à réussir les examens qui ouvraient les portes aux études secondaires (l’examen Entrance).

Laurette a étudié chez les Filles de la Sagesse et a obtenu son diplôme d’enseignement en 1929 à l’école modèle de Sturgeon Falls (l’ancêtre de l’École normale).

Elle a entrepris sa carrière d’enseignante à Azilda, puis à l’école St-Vincent-de-Paul de North Bay. En 1937, elle a assumé le poste de présidente de l’Association des professeurs de l’Ontario pour la région du Nipissing.

En 1940, Laurette est allée faire son École normale à l’Université d’Ottawa, mais étant donné des circonstances familiales éprouvantes, elle a dû quitter l’enseignement. C’est alors qu’elle a travaillé au bureau d’Assurance-chômage, où on lui a conféré la responsabilité du placement des femmes au travail.

En 1945, elle a épousé Alexandre Laboret, un vendeur grossiste de North Bay qui est décédé 4 ans plus tard. Laurette s’est alors dévouée à différents mouvements sociaux, éducatifs, culturels et religieux francophones à North Bay, tout en élevant sa fille.

Pendant 15 ans, elle s’est occupée de l’organisation du Festival de musique à North Bay. Elle a également été active au sein de l’Association Parents-Instituteurs (A.P.I.), de 1950 à 1966, d’abord à titre de vice-présidente locale, puis présidente régionale et membre de l’exécutif provincial.

Après 20 ans d’absence de l’enseignement, Laurette a repris l’enseignement en 1960. Elle a joué un rôle important dans la création et l’enseignement des «Jardins d’enfants» dans les écoles à cette époque.

Pendant les années 70, elle a travaillé au ministère de l’Éducation, ce qui l’a amenée à visiter toutes les écoles de Gravenhurst à Hearst sur une période de six ans. Elle a pris sa retraite de l’enseignement en 1976.

Tout au long de sa vie, Laurette a poursuivi son implication communautaire. Elle a été présidente des Enfants de Marie de la paroisse St-Vincent-de-Paul et membre de l’exécutif de la Bibliothèque municipale de North Bay où elle a réussi à faire augmenter l’achat de livres français.

Elle a également été membre du Conseil d’administration de l’A.C.F.O. pendant trois ans et membre de la Fédération des femmes canadiennes-françaises (F.F.C.F.).

L’une de ses grandes contributions est d’avoir cofondé la Société historique du Nipissing en février 1979, dont elle a été la première présidente jusqu’en 1987. Au cours des années 70, elle a présenté une pétition au Conseil de la ville de North Bay pour donner à certaines rues des noms canadiens français. C’est avec beaucoup d’effort et d’insistance que les noms suivants apparaissent sur certaines rues de la ville de North Bay : Chapleau, Cholette, Larocque, Marceau et Dicaire.

La carrière de Laurette a été couronnée de distinctions. En 1966, elle a été décorée du mérite scolaire franco-ontarien par l’Association canadienne-française d’Éducation d’Ontario.

En 1988, elle a reçu la médaille et le diplôme décernés par le ministère des Affaires civiques et culturelles pour services bénévoles rendus à la communauté.

En 1993, à l’occasion du 125e anniversaire de la Confédération, elle a reçu la médaille du Gouverneur général du Canada pour ses innombrables services rendus à la communauté francophone de North Bay.

Elle est décédée en 1999.

Références : Document «Notre histoire, 1979-1989», Société historique du Nipissing, Document »Biographies 98-99» préparé par la Société historique du Nipissing (date inconnue, ourontario.ca)  ourontario.ca/nipissingouest; findagrave.com

NDLR: J’ai rédigé ce résumé à partir de sources fiables et au meilleur de mes connaissances. Dans toutes les instances possibles, je tente de faire valider le contenu auprès de la personne ou de sa famille  lorsqu’il est possible de le faire. Toutefois, s’il contient des erreurs, n’hésitez pas à m’en faire part. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s