Mariel O’Neill-Karch

Historienne du théâtre franco-ontarien et québécois, professeure, écrivaine, critique de théâtre

Mariel

Photo : avec l’autorisation de Mariel O’Neill-Karch

 

« Mariel O’Neill-Karch est notre « mère mémoire à tous. »

— Joël Beddows et Amélie Mercier dans Les 35 premières années de Théâtre Action

Née à Timmins en 1942, Mariel a grandi à Toronto, et a passé tous les étés de son enfance et de son adolescence à Moonbeam, au Moonlight Camp, plus tard connu sous le nom de Chalet Brunelle*.

Elle est la fille de John Thomas O’Neill et de Valentine M. Brunelle, la soeur de René Brunelle, le réputé  ministre et député de Cochrane Nord pendant 23 ans (1958-1981).

Mariel a dédié sa vie et son œuvre à la littérature, ainsi qu’au théâtre franco-ontarien et québécois.

Elle a complété une maîtrise et la scolarité d’un doctorat à l’Université de Toronto dans les années 60, et fut invitée à se joindre au personnel enseignant de l’Université de Toronto à la fin de ses études.

Outre le théâtre, ses intérêts de recherche et de spécialité littéraire ont inclu l’œuvre de George Sand, Gérard de Nerval, Baudelaire, ainsi que la littérature québécoise.

Elle a enseigné le français et la littérature à l’Université de Toronto à partir de 1966, et a joué un rôle de premier plan dans le développement et le rayonnement de l’Université jusqu’au moment de sa retraite en 2007.

À partir des années 70, Mariel a renoué avec son amour du théâtre en livrant des cours sur le théâtre québécois à l’Université de Toronto.

Mariel O'Neill livre

Au cours de sa carrière, elle a publié plusieurs livres, revues et textes dans des périodiques. En 1992,  elle a publié un ouvrage clé en Ontario français, Théâtre franco-ontarien: espaces ludiques.

Elle est également la co-atueure du Dictionnaire des citations littéraire de l’Ontario français depuis 1960, co-écrit avec Pierre Karch.

Vous pouvez consulter une liste partielle de ses publications en cliquant sur :  Publications.

De 1993 à 1995, Mariel a été directrice adjointe du département d’études françaises, ainsi que vice-doyenne de la Faculté des Arts et des Sciences (humanités) de 1998 à 2002.

En 2002, Mariel a été nommée au poste de principale du Collège Woodsworth de l’Université de Toronto. Elle a été la première Franco-Ontarienne à occuper un poste aussi élevé à l’Université de Toronto.

Au cours de son mandat de principale du Collège Woodsworth (2002-2007), elle a créé 22 nouvelles bourses d’études et bonifié cinq bourses existantes.
 Une des nouvelles bourses est The Mariel O’Neill Karch and Pierre Karch Admission Scholarship in the Humanities.

Mariel a également facilité la création de plusieurs nouveaux séminaires sur le campus du Collège Woodsworth, en plus de transformer l’Academic Writing Centre du collège en un centre dynamique d’apprentissage.

Pendant son mandat, elle a fait fructifier les Programmes d’été à l’étranger en offrant  des cours en Équateur, en Europe centrale, au Japon, en Russie et en Australie.

En 1995, un prix récompensant les dramaturges de l’Ontario français a été créé en son honneur. Le Prix O’Neill-Karch, appuyé par trois théâtres en Ontario français,  a été remis annuellement de 1996 à 2010 à 15 récipiendaires.

*Mariel est la nièce de René et d’Andrée Brunelle, propriétaires du Chalet Brunelle des années 50 jusqu’en 1985.

Références : french.utoronto.ca  french.chass.utoronto.ca  www.lexpress.to  http://www.crccf.uottawa.ca  textes soumis par M. O’Neill-Karch

Certification 2012

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s