Marie-Andrée Donovan

Auteure

Donovan_Marie-Andrée, 2013

Photo : avec l’autorisation des Éditions David

[Au sujet du livre Les soleils incendiés], c’est une certaine réalité du nord de l’Ontario que Marie-Andrée Donovan dépeint par petites touches impressionnistes […]

— Mireille Desjarlais-Heynneman, Liaison, n° 125, 2004, p. 56

Née à Timmins en 1947, Marie-Andrée a quitté sa terre natale à l’âge de 8 ans, mais a toujours conservé en elle « le sentiment du Nord ». Elle est retournée à Timmins à quelques reprises pour faire la connaissance de sa famille paternelle. Elle habite Ottawa depuis de nombreuses années.

Elle a obtenu un baccalauréat ès arts en 1989 de l’Université d’Ottawa. Pendant plusieurs années, Marie-Andrée a été responsable de l’éditique au Corpus d’éditions critiques, un groupe de recherche interuniversitaire et pluridisciplinaire dont les bureaux étaient situés à l’Université d’Ottawa.

M-A Donovan, livreElle est l’auteure de neuf livres incluant des récits, des contes pour enfants et des recueils de nouvelles.

Son premier livre, Nouvelles volantes, est un recueil de nouvelles publié aux Éditions David en 1994.

Marie-Andrée a été la première auteure native du Nord de l’Ontario à avoir publié un livre aux Éditions David. Cette maison d’édition est située à Ottawa et accueille en priorité des auteurs francophones de l’Ontario.

Par la suite, Marie-Andrée a publié  :

  • L’envers de toi, 1997, Les Éditions David (2e édition, 2000)
  • Mademoiselle Cassie, 1999, Les Éditions David (2e édition, 2003)
  • L’harmonica, 2000, Les Éditions David
  • Les bernaches en voyage, 2001, Les Éditions David
  • Les soleils incendiés, 2004, Les Éditions David
  • Fantômier, 2005, Les Éditions David
  • La couleur des voyages, 2008, Éditions du Vermillon
  • À l’ombre du silence, 2013, Les Éditions David

Sa carrière d’auteure a été couronnée de reconnaissance et de nombreux prix. En 2000, elle a remporté le Prix littéraire Le Droit pour Mademoiselle Cassie. En 2005, elle a remporté le Prix des lecteurs Radio-Canada (meilleure œuvre franco-ontarienne de l’année) pour son récit Les soleils incendiés.

En 2006, elle fut la lauréate du Prix Champlain, également pour Les Soleils incendiés. Marie-Andrée est la première Franco-Ontarienne de naissance à obtenir ce prix qui, depuis sa création en 1956, a été remis à cinq femmes de l’Ontario français entre 1980 et 2009.

Marie-Andrée a également reçu le Prix Émile-Ollivier pour Les Soleils incendiés. Ce récit prisé par la critique relate l’histoire d’une petite fille vivant à Timmins au début du siècle dernier. Le parcours du personnage est en partie inspiré du vécu de l’auteure, qui était retournée visiter sa ville natale après 50 ans d’absence.

Son livre La couleur des voyages publié aux Éditions du Vermillon en 2008 a remporté le Prix de la fondation franco-ontarienne.

À l'ombre du silenceSon plus récent livre, À l’ombre du silence, a paru aux Éditions David en février 2013. Il s’agit d’un récit qui interpelle les lectrices et les lecteurs à s’interroger sur les questions de leurs motivations profondes, tout en les invitant à déterminer  ce qui les pousse à sortir des liens emprisonnants du passé.

Souvenir d’enfance de Marie-Andrée à Timmins

Marie-Andrée partage avec les lectrices et les lecteurs des Elles du Nord un délicieux souvenir de son enfance à Timmins dans le Nord de l’Ontario. Merci Madame Donovan…

« Au début des années cinquante, vivant en périphérie de la ville, je fréquentais l’école Saint-Dominique où j’ai complété mes trois premières années avant d’aller vivre à Ottawa. Tous les matins, accompagnée de la corneille apprivoisée par mon frère, je marchais une longue distance sur l’accotement de la rue Riverside qui n’avait pas encore de trottoirs. La corneille volait d’un poteau de clôture à l’autre, au rythme de mes petits pas. À la fin des classes, elle revenait voler devant les fenêtres de classe, celles de mes frères et la mienne, afin de nous avertir qu’il était temps de retourner à la maison. Je ne lui laissais pas sentir la peur que je contenais en entendant ses croassements, sans doute joyeux, mais surtout retentissants. Cependant, j’admirais cette petite bête pour sa loyauté. Malgré tous les tours qu’elle nous jouait, elle revenait toujours nous rappeler son attachement. » — © Marie-Andrée Donovan

NOTE HISTORIQUE : Le prix Champlain a été créé en 1956 pour encourager la production littéraire chez les francophones vivant à l’extérieur du Québec, en Amérique du Nord. Depuis la fermeture du Conseil de la vie française en Amérique en 2007, le prix Champlain a été repris en main par le Salon international du livre de Québec. Ce prix a aussi pour objet de susciter chez les Québécois un intérêt pour les francophones d’Amérique en situation de minorité. Depuis sa création, cinq femmes de l’Ontario français ont obtenu le prix Champlain, dont une seule Franco-Ontarienne du Nord de l’Ontario — Marie-Andrée Donovan de Timmins en 2006.

Références : silq.ca/prix_et_concours/prix_champlain/#.UmaaSRaZbww; radio-canada.ca; editionsdavid.com; leseditionsduvermillon.ca; danielturp.org  arts.uottawa.ca; planete.qc.ca; textes de M.A. Donovan.

Certification 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s