Marie-Eve Chainey

Athlète, chef de file et éducatrice dans le secteur des maladies du rein et d’un mode de vie sain, infirmière, inspiration…

Marie-EveChainey

Photo : Bonnie Findley, avec l’autorisation de La Gazette, Université d’Ottawa, juin 2013

« Ce que je retire de tout ça, c’est que vous devez faire avec ce que la vie vous offre et vous ne devez pas abandonner »

— Marie-Eve Chainey, http://www.kidney.ca

Native de Val Rita, Marie-Eve a quitté le Nord en 2001 à l’âge de 18 ans pour participer à un échange étudiant en Espagne.

Pendant son séjour en Espagne, elle est tombée gravement malade et fut diagnostiquée d’une insuffisance rénale dans les deux reins (causée par une maladie sanguine rare qui a causé l’arrêt complet de ses fonctions rénales).

L’année de ses 18 ans a été marquée par le combat de sa vie pour ne pas succomber à la maladie — le «syndrome hémolytique et urémique atypique». Elle a dû subir en une seule année près de 800 transfusions sanguines !

Avant que la maladie ne la frappe, Marie-Eve était une athlète de haut niveau en saut en hauteur et préparait un avenir d’athlétisme de compétition mondiale. Mais la maladie de ses 18 ans fut tellement violente que la jeune athlète ne pouvait même plus faire 20 secondes de vélo sans s’épuiser complètement.

À partir de 2004, Marie-Eve a pu se prévaloir de traitements d’hémodialyse nocturne à domicile. Enfin, elle a pu reprendre un train de vie plus normal, et surtout, se remettre à sa passion — l’entraînement.

Malgré la maladie, elle a été recrutée par l’équipe d’athlétisme des Gee-Gees à l’Université d’Ottawa en 2008. Deux ans plus tard, elle a réussi à se tailler une place au Championnat canadien d’athlétisme. Huit ans après le début de sa maladie, Marie-Eve se retrouvait côte à côte avec ses anciennes compétitrices qui, elles n’avaient jamais cesser de s’entraîner. L’athlète revenait de loin…

Suite à cette compétition, le Toronto Star a dédié un article en première page à cette athlète déterminée. Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire l’article (en anglais).

http://www.thestar.com/sports/2010/08/02/a_stunning_comeback_to_an_elite_sport.html

Depuis le diagnostic de sa maladie, Marie-Eve rebâtit sa santé et étudie  dans les soins de santé. Elle travaille également à temps partiel comme monitrice pour aider les gens à demeurer en forme.

Marie-Eve est bénévole pour le programme d’entraide de la Fondation canadienne du rein et membre bénévole du Bureau des conférenciers de Partenaire Santé où elle donne des conférences sur l’insuffisance rénale et la dialyse.

Elle est également cofondatrice du programme Alive to Strive, dédié à l’éducation sur la santé rénale et au soutien des personnes atteintes d’insuffisance rénale. Elle a fondé cet organisme en 2011 avec deux amis, l’un triathlonien, l’autre néphrologue.

Elle s’est donné le mandat personnel d’éduquer la population sur  les bienfaits de l’hémodialyse nocturne, qui demeure inconnue de bien des patients. Partout où elle passe, Marie-Eve encourage les gens à vivre leur vie à 100 %, en ayant une attitude toujours positive. Selon Marie-Eve, si on crois vraiment à notre potentiel, peu importe nos défis, on sera surpris de tout ce que l’on peut accomplir !

Le 23 avril 2012, Marie-Ève fut nommée personnalité de la semaine par Radio-Canada/LeDroit. À l’été 2012, la revue Capital Woman à Ottawa a publié un article sur Marie-Ève sous la rubrique «Ordinary Women, Extraordinary Lives» (p.40-41). En juin 2013, la Gazette de l’Université d’Ottawa lui a consacré un article soulignant sa détermination et son excellence dans ses études et son athlétisme.

Elle a reçu la médaille du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth II le 9 Septembre 2012.

Marie-Eve saut

Photo : Jacques Falardeau, utilisée avec permission

Marie-Eve habite présentement à Ottawa. Elle a été de la cuvée 2013 des diplômés en sciences infirmières de l’Université d’Ottawa à la collation des grades de juin.

Elle considère la possibilité de poursuivre des études de maîtrise en gestion des soins de la santé en 2014.

Vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous pour entendre Marie-Eve et sa mère Lise Desrochers,  partager leurs espoirs et leurs défis imposés par la maladie rénale.

Références : alivetostrive.ca;kapuskasingtimes.com; kidney.ca; gazette.uottawa.ca; textes de M-E Chainey.

Certification 2013

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s